Parents à l’ESJE : quelle implication ?

Parents à l’ESJE : quelle implication ?

C’est vrai, être parent d’élève à Saint-Joseph l’Espérance n’est pas tout à fait comme l’être dans une autre école…

L'école se veut familiale, et les parents, en inscrivant leurs enfants, s’engagent à participer à la vie de l’école.

Régis et Bruno par exemple, ont accepté d’être les relais de l’association de gestion de l’école pour les petits travaux d’entretien : cette année, ils sont venus deux fois passer quelques heures un samedi pour égaliser le sol de la cour, poser un linoleum ou vérifier les ampoules électriques.

Les familles se relaient aussi pour faire le ménage de l’école le week-end. « Cela revient à une fois par famille et par période en moyenne, ce qui veut dire que chacune offre environ 3 heures de son temps pour faire le ménage une fois toutes les six semaines » explique Cyrilla, qui gère le planning. « Je suis rarement ravie quand arrive notre tour, évidemment, sourit-elle, mais finalement ça n’est pas si fréquent, et puis je le fais en pensant à mes enfants, et leurs amis. Pour les maîtresses aussi. Cela me fait passer un moment dans les classes, et je vois une partie de ce qu’y font nos enfants. En plus, je sais que cela permet de diminuer les frais de scolarité pour l’ensemble des familles, et ça n’est pas négligeable ! »

Cette année par ailleurs, les parents dont les enfants déjeunent régulièrement à Saint-Joseph l'Espérance viennent aussi ponctuellement surveiller le repas. Pour un enfant qui déjeune sur place tous les midis par exemple, un des parents vient une fois tous les quinze jours, pour 1h30 de surveillance. L’école a fait ce choix toujours dans un souci d’économie, mais réfléchit à d’autres possibilités pour les prochaines années.

Ponctuellement aussi l’aide des parents est bienvenue : pour conduire les élèves à une sortie, ou pour préparer le marché de la Saint-Nicolas par exemple.

Alors oui, cette organisation demande que chacun donne quelques heures de son temps ou accepte de mettre ses compétences au service de l’école.

 

Mais finalement qu’en ressort-il ?

« Dans l’ancienne école de mon fils, dit une maman d’élève, j’avais l’impression de le déposer chaque matin un peu comme un paquet, dans un endroit mystérieux où je ne pouvais mettre les pieds qu’une fois par an à la réunion de parents. Surtout je ne devais pas poser trop de questions sur ce qui s’y passait, sinon ça retardait tous ceux qui attendaient derrière moi pour récupérer leur enfant ; et j’avais du mal à me représenter l’endroit où il passait quand-même six heures par jour. L’impression diffuse que les deux mondes étaient bien séparés : la famille d’un côté, et de l’autre, l’école.

« A Saint-Joseph, c’est différent : l’esprit est nettement familial. Bien sûr, la taille de l’école y est pour quelque chose, mais aussi l’esprit insufflé par la directrice : je me sens vraiment la bienvenue pour être associée à la vie de l’école. Je connais toutes les familles et les élèves, car les occasions de faire des choses avec eux sont multiples. C’est assez sympathique et ça donne la possibilité de mieux se connaître ! J’aime aussi le lien particulier que cela crée avec les maîtresses, en facilitant la communication. En novembre, j’ai participé à la mise sous pli d’un courrier de demande de dons, et je vous assure qu’on a bien ri ensemble ! »

On se rend compte ainsi que l'engagement de chacun est finalement assez varié : en fonction de ses disponibilités et de ses goûts, l’un préférera aider à la mise en page d’une affiche, tandis que l’autre fera des biscuits pour le marché de la Saint-Nicolas, c’est selon…

Mais  ce qui est sûr, c’est que la participation de leurs parents à la vie de leur école montre à tous les enfants une vraie continuité entre la maison et l’école, et c’est une aide précieuse pour leur éducation.

À propos de l’auteur

Admin administrator