La gym qui fait aussi travailler le cerveau

La gym qui fait aussi travailler le cerveau

Le Brain-gym ®

« Main gauche, pied droit !
Main droite, pied gauche ! »

Tous les matins dans la cour de l’école résonnent des consignes bien simples en apparence. Au début de chaque matinée, les élèves réunis dehors entourent une maîtresse pour les 30 minutes de motricité.
« La motricité, ça je connais », direz-vous.
Certainement, mais à Saint-Joseph l’Espérance, elle est un peu particulière. On y pratique par exemple, selon les séances, des exercices de sophrologie, de cardio, de yoga ou… de Brain-gym.

Petit focus aujourd’hui sur le Brain-gym, comprenez « la gymnastique qui fait aussi travailler le cerveau ».

Constance Lefeuvre, directrice de l’école, a suivi une formation à l’éducation kinesthésique, qui se définit comme une approche éducative utilisant des mouvements et des activités motrices et artistiques pour développer le potentiel de chacun : « Cette technique très simple qui apprend à bouger et fait bouger pour apprendre, est très efficace en milieu scolaire : chaque matin, par des activités ludiques et faciles, l’enfant se prépare à apprendre, évacue son possible stress, commence à se concentrer, et surtout, se met de bonne humeur » explique la jeune femme. « Quand je demande aux élèves de faire des contacts croisés (croiser les chevilles et croiser les poignets en entrelaçant les doigts), c’est en fait une activation des muscles de l’équilibre, qui vont permettre aux enfants de se détendre et d’évacuer leur stress pour bien commencer la journée.
Ou bien quand un élève doit lever un bras le plus haut possible, et venir l’attraper par derrière doucement avec l’autre bras, pour l’étirer le plus possible, il développe sans s’en rendre compte sa capacité de concentration, par un mouvement qui mobilise une voie neuronale majeure de son cerveau. »

Pendant la demi-heure que dure l’activité, les séries de mouvements visent aussi à aider l’enfant à améliorer sa latéralisation (perception de la droite et de la gauche), une compétence primordiale pour l’écriture et les divers apprentissages scolaires.

On sait aussi que les deux hémisphères de notre cerveau n’ont pas le même rôle l’un et l’autre, et particulièrement pour l’apprentissage : le cerveau droit est le siège de la créativité et de l’intuition, celui qui nous permet de percevoir des informations de manière globale et furtive ; alors que le cerveau gauche permet l’analyse, le raisonnement logique et les apprentissages sur le long terme.

Constance Lefeuvre précise : « Des jeux dynamiques très simples - comme alterner des mouvements rapides où l’enfant touche son pied droit avec sa main gauche et vice-versa, tout en disant à voix haute ce qu’il fait - ont de vraies répercussions sur les capacités cérébrales des élèves. Leur répétition quotidienne met en place des ponts et des connexions entre les deux hémisphères de notre cerveau et favorise ainsi le passage des apprentissages dans le cerveau gauche, pour que l’enfant sache les réinvestir spontanément.
« Si nous pratiquons la motricité au début de chaque matinée, il n’est pas rare aussi que nous utilisions ces mouvements dans la journée, pour aider un élève à se remettre dans les apprentissages ou pour le débloquer, ou pour aider notre classe à se reconcentrer avant un travail que nous savons particulièrement prenant.
« C’est ça qui me touche dans le Brain-gym : on peut vraiment aider les enfants à faire fonctionner leur intelligence, et particulièrement ceux qui ont besoin de canaliser une énergie qu’on leur reproche souvent d’être trop débordante. »

 

À propos de l’auteur

Admin administrator

1 commentaire pour l’instant

En savoir un peu plus sur les neurosciences cognitives – Ecole Saint-Joseph l'EspérancePublié le6:30 - Mai 13, 2018

[…] la plus efficace sera de travailler davantage la motricité générale par des exercices de brain-gym avant de s'acharner sur l'écriture […]

Les commentaires sont fermés.